• Xénium

Vaincre la peur ou mourir plus vite ? (2)

Par Laurent DUREAU


Comme d’habitude, un sujet important entraîne toujours des rebondissements, des remous et des bienfaits. Mon dernier article sur la peur était une ode à la liberté, une ode à la paix et une ode à l’amour de soi comme j’aime le faire.


Cependant, je n’ai pas pu tout dire à son propos, et notamment sur les quelques réalités que nous traversons pendant notre discussion / appréhension avec notre locataire, qu’il soit un locataire ancien ayant plusieurs vies à son actif ou un petit nouveau qui vient de s’installer depuis notre dernière honorable réincarnation en ce monde d’expérimentation.


Notre comportement vis-à-vis d’une peur ancienne ou nouvelle n’est pas vraiment la même mais le processus de fabrication reste identique. Cela commence, on pourrait s’en douter, par l’esprit qui viendra activer des mémoires émotionnelles qui graveront tout cela ensuite dans notre corps physique.


A ce propos, lorsque nous nous incarnons dans un corps, sachez que ce dernier est tout particulièrement adapté afin de permettre à l’âme de vivre ce qu’elle désire expérimenter. C’est-à-dire aux combats qu’elle doit mener vis-à-vis d’elle-même pour se libérer de ses propres incompréhensions.


Le Design Humain est la science qui le démontre pleinement. Elle permet de décrire votre véhicule terrestre et donc de savoir par extension pour quel genre de terrain vous avez été fabriqué.


Si vous êtes un 4×4 et que vous m’annoncez que vous désirez faire de la F1, il me sera alors facile de vous dire les problèmes que vous allez rencontrer outre le fait que vous allez être à côté de vos pompes…


Dans Quand la peur rôde prête à frapper, je décris comment la peur commence à envoyer les invitations, les sbires qu’elle vous envoie. Cet espèce de corps diplomatique qui pue le mensonge à pleine dent a pour étendard le doute.


Le doute, c’est le froid qui fait geler les émotions incrustées dans votre confiance en vous. Aussi dur que vous soyez, quand le doute s’infiltre et se cristallise, il fera des dommages souvent irréparables mais pris dans le bon sens, il décapitera aussi vos croyances les plus saugrenues.


C’est donc une arme au même titre qu’un corps diplomatique. De votre façon de vous en servir, vous déciderez de la guerre ou de la paix. Il est clair qu’à ce jeu, la volonté et le pouvoir de négociation tiennent une place évidente.


C’est aussi la raison pour laquelle un Maître, ou un bon coach (pour ne pas affoler les croyances reliées aux Maîtres), est nécessaire. C’est surtout valable dans les débuts, et puis après, en bon soldat très expérimenté, vous n’aurez plus besoin du général pour sauver votre peau…


Alors comme je vous le disais, les peurs possèdent une polarité comme toute énergie en ce monde. Si vous savez aller au-delà de l’apparence et du désagréable, vous allez trouver une pépite, voire un diamant, de taille proportionnelle à l’adversaire concerné.


Les petites peurs sont vite vaincues à la condition d’avoir bien cerné leurs origines (âge et identification du nid). C’est un peu à l’image d’une abeille qui vous butine. Il est préférable de détecter la ruche le plus rapidement possible… parce qu’en en tuant une ou deux par là vous risquez d’être occupé pendant longtemps !