• Xénium

Six tribunaux italiens ont conclu que les téléphones portables causaient des tumeurs cérébrales


En janvier 2020, la Cour d’appel de Turin a confirmé une décision de 2017 déterminant que le neurinome acoustique (une tumeur bénigne de l’oreille) d’un ancien employé de Telecom Italia était causé par l’utilisation de son téléphone portable. C’est la sixième fois qu’un tribunal italien affirme un lien de causalité entre l’utilisation d’un téléphone portable et des tumeurs cérébrales, y compris des décisions de la Haute Cour d’Italie.


La cour d’appel a pris sa décision après avoir examiné les preuves et reçu l’avis de deux experts nommés par le tribunal. Les experts ont renvoyé la cour à des études indiquant que les personnes qui parlent sur leur téléphone en moyenne 30 minutes par jour pendant au moins 10 ans augmentent leur risque de développer des tumeurs cérébrales. Après avoir examiné ces preuves, la cour d’appel de Turin a déclaré : «Il existe des éléments solides pour affirmer un rôle causal entre l’exposition de la personne aux radiofréquences des téléphones portables et la maladie qui en est résultée».


Le tribunal de Turin a déclaré que les études fournies par la défense – qui niait l’existence d’un lien de causalité – étaient pour la plupart financées par l’industrie et qu’elles devraient donc être moins prises en compte en raison des conflits d’intérêts. Les études réalisées par les membres de la Commission internationale de protection contre les rayonnements non ionisants (ICNIRP) et du Comité scientifique des risques sanitaires émergents et nouveaux (SCHENIHR) de la Commission européenne souffrent également de conflits d’intérêts, selon le tribunal de Turin, car ces organisations reçoivent également un financement de l’industrie. Le projet international sur les CEM de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et de nombreux pays dans le monde ont adopté les recommandations de l’ICNIRP financées par l’industrie comme lignes directrices en matière de sécurité. Ainsi, ces déclarations de la Cour – qui mettent en avant l’influence du financement de l’industrie et les conflits d’intérêts – sont extrêmement significatives.


«Le jugement du tribunal de Turin a confirmé la décision du tribunal d’Ivera à partir de 2017. Roberto Romeo, 57 ans, a utilisé son téléphone portable pendant trois à quatre heures de chaque jour de travail pendant 15 ans. Il a été diagnostiqué avec un neurinome acoustique en 2010, et son nerf acoustique a dû être retiré. Comme le rapporte The Guardian, «un expert médical a estimé les dommages subis par Romeo à 23% de ses fonctions corporelles, ce qui a incité le juge à accorder une indemnité de 500 € par mois à l’INAIL, un programme national d’assurance couvrant les accidents du travail.»

Décisions antérieures de la Cour :


Les neuromes acoustiques sont des tumeurs qui se développent sur le nerf principal menant de l’oreille interne au cerveau. Ce nerf influence l’équilibre et l’audition. La pression exercée par un neurinome de l’acoustique peut entraîner une perte d’audition, un bourdonnement dans l’oreille et une instabilité, et parfois aussi interférer avec le fonctionnement du cerveau. Le neurinome acoustique est également appelé «schwannome vestibulaire» car il se développe sur les cellules