• Xénium

La Tempete, Q, QANON, Trump, et le Deep State


1ère Partie – Un changement à grande échelle se produit :


Ce n’est pas une idée nouvelle que de faire remarquer qu’il y a toujours eu des changements géopolitiques majeurs tout au long de l’évolution de notre ère moderne.


Les événements clés de la mémoire vivante des dernières générations comprennent :


  • Années 1970 – le choc pétrolier ; La guerre du Vietnam

  • Années 1980 – la déréglementation ; la fin soudaine de l’empire soviétique

  • Années 1990 – la guerre du Golfe; le boom de l’utilisation d’internet à des fins commerciales

  • Années 2000 – le 11 septembre et la guerre en Irak ; l’effondrement financier de 2008 (subprimes)


Ainsi arrivé à la fin des années 2010, on peut soutenir que nous assistons au déclin et à la fin du mondialisme. Alors que la contre-tendance (alter-mondialiste) est qualifiée de nationalisme par les médias dominants, elle est mieux perçue comme un anti-autoritarisme par les peuples voulant retrouver leur souveraineté. La demande est que le pouvoir soit maintenu plus près du peuple, plutôt que par une politique devenue irresponsable, hors de tout contrôle.


2ème Partie – L’anti-globalisme, le moment d’éveil qui réunit des événements en apparence sans liens :


Les manifestations de masse à Hong Kong, le Brexit au Royaume-Uni, la guerre civile “froide” en France (gilets jaunes), le nouveau gouvernement au Brésil et l’administration Trump aux États-Unis.


Les travailleurs sont fatigués des différences de richesse devenu extrêmes (24 familles possèdent la moitié des richesses produites de notre civilisation), de la dégradation du niveau de vie et des migrations massives provoquant des bouleversements culturels forcées par les décisions interventionnistes de nos dirigeants aux services du lobby militaro-industriel. Mais surtout, les gens ordinaires exigent et veulent mettre fin à leur exploitation par la corruption continue de notre civilisation moderne. Et plus précisément, le problème d’un système judiciaire à deux vitesses qui perdure depuis trop longtemps : une classe de privilégiés peut facilement éviter les conséquences de son comportement de voleur, de mafieux ou de truand en col blanc. Cette puissante mafia sans appartenance à un pays précis ou une nation particulière (le monde est leur terrain de jeu) – qui contrôle de nombreuses institutions politiques, financières, médiatiques et industrielles importantes(multinationales) – fait maintenant face à la justice et ses membres font face à des mesures de renvoi de leur poste pour les méfaits qu’ils ont réaliser :


Ce qu’il faut bien comprendre, c’est que la corruption est la plus grande industrie du monde et qu’elle rapporte des milliards aux personnes influentes qui se trouvent aux postes clés de l’immense cette immense machine à cash.


Récemment, plusieurs scandales de corruption ont éclaté, parmi lesquels :


  • Entreprises Pharmaceutiques – pour distribution illégale d’opiacés addictifs au public (pour les rendre accros et s’assurer des clients à vie)

  • Le domaine Bancaire – le Scandale LIBOR, la fraude hypothécaire américaine (subprimes), le dossier 1MDB en Malaisie qui pourrait détruire la banque américaine Goldman Sachs

  • Industrie – l’énorme fraude comptable chez General Electric

  • Google – la complicité dans l’espionnage et la trahison par la Chine

  • Hollywood – l’affaire Weinstein (MeToo) est un avant-goût de sa culture du viol (d’adultes et d’enfants) dans l’industrie Hollywoodienne du divertissement

  • L’île d’Esptein – Présence de souterrains où divers crimes sexuels et d’autres plus graves ont eu lieu (Bill Clinton y est allé 26 fois et le PDG de Facebook a été identifié dessus en photo)

  • Médias sociaux – manipulation à grande échelle des élections via des faux comptes (vous croyez vraiment qu’il ferait cette déclaration si les services de renseignements américains n’avaient pas produit des preuves de ses allégations)

  • Église catholique – dissimulation de la maltraitance envers des enfants et d’autres dossiers bien plus sombres


À présent que l’enquête sur Mueller n’a plus abouti à rien (l’enquête sur une soi disant collusion entre Trump et la Russie, en partie à cause des mails de Tony Podesta), il y a au moins six scandales majeurs sur le point d’exploser à Washington : Pedogate – Son exposition a déjà commencée avec Epstein et son île des pédophiles, mais aussi les opérations de chantage qui lui sont associées (la secte sexuelle liée à Hollywood appelée NXIVM ou Nexium et le Club Sexuel de Los Angeles SNCTM) ; La participation de la famille royale du Royaume-Uni et du MI6 ; Rôle d’Israël et du Mossad ; L’élite hollywoodienne (notamment chez Disney) qui va être dévoilée sous son vrai visage. Spygate – Obama a personnellement autorisé l’espionnage illégal par son administration de l’administration de Trump via le FISA ( Foreign Intelligence Surveillance Act ), avant et après les élections présidentiels de 2016. Cela exposera le scandale du réseau d’espionnage des nations (FVYE), en particulier de la Grande-Bretagne.


Les tentatives de coup d’Etat infructueuses pour faire tomber Trump – John Owen Brennen (le directeur de la CIA entre 2013 et 2017), Robert Clapper, Jr. (ancien directeur du renseignement national des États-Unis), James Brien Comey (directeur du FBI du 4 septembre 2013 au 9 mai 2017) et d’autres vont tous être condamnés ou exécutés pour trahison. Fraude électorale en 2016 et 2018 par le parti démocrate (mais également les années précédentes). Ce scandale peut déclencher le renversement de nombreuses personnes à la Chambre des Représentants et déclencher des élections spéciales. La Fondation Clinton – énorme scandale pour vente de plusieurs secrets d’État à la Chine ; mais aussi trafic d’être humain en Haïti (lié à l’affaire Epstein). Uranium One – La Vente illégale de matières nucléaires américaines à la Russie (avec la complicité des Clinton). La corruption est un phénomène très répandu. Les opérations anti-corruption ont une longue histoire et ne date pas d’aujourd’hui. Le commerce internationale existe depuis des siècles. La perspective d’une purge de la corruption mondiale, qui s’exécute de façon coordonnée dans plusieurs pays, ne devrait pas soulever une controverse dans l’opinion publique.


C’est la convergence de tant de scandales majeurs arrivant de façon simultanés qui donne à #TheStorm/LaTempète son surnom et son statut de “cygne noir”. Cela va balayer certaines institutions compromises et mettre en prison de nombreuses personnes qui étaient jusque-là intouchables. Il s’agit d’un changement de paradigme au sein du gouvernement et des entreprises, qui rétablit les valeurs de confiance et d’honneur qui font défaut depuis des décennies à notre civilisation.


3ème Partie – La fin du «Deep State/État Profond» américain :

Qu’il s’agisse de la Compagnie des Indes orientales, des Vénitiens ou des Espagnols d’Amérique du Sud, le commerce international s’est toujours allié à la collecte de renseignements et a franchi une ligne de démarcation entre le commerce légitime et le crime organisé à plusieurs reprises (par exemple les guerres de l’opium ou le vol d’or). Pour comprendre #TheStorm/LaTempète, nous devons reconnaître que le problème d’un système de justice à deux niveaux provient de cartels de criminalité transnationale, qui n’a pas de nation ou de pays d’appartenance (les fameux rois du monde). La corruption a son propre modèle économique, ses stratégies et ses modèles de conception organisationnels. Les syndicats du “crime institutionnalisé” sont souvent de nature militaire, leur pouvoir provient d’espionnage, d’opérations clandestines, de subversion, de science ésotérique et de tromperie. Ce pouvoir est lié à des familles spécifiques et à des sociétés secrètes, dont beaucoup se trouvent en Europe et en Asie. Depuis leur création, les États-Unis se sont battus contre des membres de ces groupes, qui travaillaient souvent pour le compte de puissances bancaires, aristocratiques et religieuses européennes. Ils ont utilisé leurs réseaux de renseignements militaires pour infiltrer les institutions américaines et installer leurs propres agents – qui sont souvent célébrés dans la réalité fictive, comme étant des « américains » modèles grâce à l’image publique qui leur est créée !


Il y a trois événements notables qui ont eu lieu entre 1940 et 1970 et qui sont bien documentés, nous permettent de mieux comprendre le contexte dans lequel est née notre société moderne :


L’opération “Paperclip” – Elle a importé des milliers de membres clés du régime nazi allemand à des postes scientifiques, universitaires et militaires importants après la Seconde Guerre mondiale.


L’opération “Northwoods” – Elle a montré que le gouvernement des États-Unis (contrôlé par des personnes corrompues) était prêt à utiliser les attaques sous « faux drapeau » (false flag en anglais, attentats/catastrophes choquantes) menées par ses militaires contre son propre peuple à des fins géopolitiques.


L’opération “Mockingbird” – Elle a pour but d’utiliser les médias américains contre sa propre population, en faisant appel à des agents secrètement sous le contrôle de la CIA, une agence de renseignement voyous dirigée par des criminelles.


Une banque centrale privée inconstitutionnelle – la Réserve fédérale/la FED crée en 1913 avec la complicité de banquier véreux – a pu imprimer autant d’argent que nécessaire pour soudoyer qui bon lui semblait. Cela a financé les activités des banques malhonnêtes, des sociétés de médias et des sociétés militaro-industrielles alliées.


Ensemble, ces acteurs du “Deep State/Etat Profond” ont, au fil du temps, compromis les systèmes judiciaire, juridique et politique des États-Unis et ont renversé la Constitution.


4ème Partie – Gouvernement militaire de facto de Trump :

Lorsque les institutions civiles sont trop compromises, le seul moyen de renverser pacifiquement ces changements, consiste à faire appel à l’armée. Trump est bien plus qu’une figure de proue, mais se focaliser uniquement sur lui et ce qu’il représente pour vous, c’est rater une grosse partie du tableau qui se trouve devant vous. Il est la partie la plus visible d’un plan patriote de plusieurs décennies visant à reprendre le pays aux mains des criminels et à le rendre à sa population.