• Xénium

L'entreprise collaborative - Retour à l'Unité


Fondement


Le fondement théorique de la civilisation industrielle est la compétition, dans un contexte de développement de la puissance nationale au sein d'un échiquier devenu depuis trans-frontières. Cette société de nature compétitive insuffle par des récompenses extrinsèques - argent, gloire, statut social - l'énergie nécessaire à l'ego-mental d'individus capables de soutenir une telle lutte, le management des ressources humaines étant fondé sur l'élimination de tout facteur entravant les règles et nécessités de la libre compétition. Elle conduit à garder pour soi une information afin d'avoir un avantage sur ses collègues. Parce que la société nous met en compétition dès notre plus jeune âge, nous sommes conditionné à voir chez notre prochain un potentiel adversaire, non un partenaire.


Sa source est L'enquête sur la nature et les causes de la richesse des nations d'Adam Smith. Ce modèle est en cours de disparition, même s'il est encore tenace dans l'esprit de toute une génération de décideurs et manageurs aux commandes.


Dans une société désormais en réseau, multi connectée, qui pense et aspire à qualité plus que quantité, l'heure est à la " synergie enflammée " * des équipiers, basée sur des récompenses intrinsèques, la joie et le plaisir, correspondant à l'état de conscience nouveau de l'être humain dans sa relation à l'environnement et à lui-même. * emprunt à Shirô Tenge (de son vrai nom Toshidata Doi), ancien vice-président de Sony, inventeur du CD.


QUELQUES " CLASSIQUES "


Principe général du Management


Nos différences sont la richesse de l’humanité, et nul individu est supérieur à un autre.


Il est seulement prédisposé pour une expérience spécifique, dans un milieu spécifique. Quand chacun sait qui il est et pourquoi il est ainsi, alors il peut apporter une contribution maximale à tous. Seule l’ignorance de ce qu’il est le conduit à détruire, consciemment ou inconsciemment, l’univers dans lequel il vit.


Le travail en équipe n’est qu’un exercice extérieur local afin d’apprendre que notre rôle est global. Apprendre à nous entendre et à être en paix avec tous nos éléments intérieurs, qu’ils nous plaisent ou pas, mène inéluctablement à nous entendre avec une équipe, puis une autre, pour enfin accepter toute la beauté du monde entier. Alors nous recevrons le plus cadeau de tous : celui d’être en paix avec nous-même, les autres et l’univers entier.


Au final, une " bonne " hiérarchie est celle dont l'exercice ne peut pas être remis en cause, seulement en raison de la compréhension véritable et instructive de son niveau de sagesse. Pour ce faire, il lui appartient d'être le plus possible dans un rôle de fédérateur de justice, en considérant comme une richesse d'obtenir des opinions contradictoires.


Passer de la compétition à la coopération


La dualité fonctionne sur les oppositions : le noir ou le blanc, le petit ou le grand, le fort ou le faible, et ainsi de suite. Ainsi, pour pouvoir classer les gens ou les situations, il faut faire appel à l’évaluation, puis au jugement et le cas échéant à la condamnation. Or toute comparaison procède forcément selon des critères fonctionnels, techniques, affectifs ou culturels. Elle est la source de toutes les formes de classement, et par là-même de tous les ostracismes. La forme la plus élaborée de la classification s’appelle la compétition, c’est-à-dire le classement d’un individu par rapport à un autre. La compétition est ce qui tue une société, car elle sépare, classe, juge et distribue les cadeaux comme les misères. Elle est l’expression d’un monde trivial, primaire, élitiste, autrement dit préoccupé par la survie des présumés plus forts au détriment des plus faibles. C’est un modèle d’asservissement inoculé à la conscience humaine depuis longtemps, expression d’un ego-mental qui s’est emparé à bras le corps de l’individu dans sa compréhension du monde. Il n’est en fait qu’une source d’émotions qui nuit littéralement à la paix du corps, de l’âme et surtout de l’esprit. Ce modèle est en déclin, en voie d’accélération de sa décomposition finale.


Dans la société qui vient vers nous, la coopération est appelée à se substituer à la compétition. Il n’y aura plus de " carotte " pour qu’un individu avance. Il n’y aura plus de comparaison possible, car chacun sera vraiment reconnu comme unique et indispensable à la manifestation de la Création. Il n’y aura que l’envie du cœur de vouloir tout simplement exprimer son unicité dans toute sa splendeur. Le cœur exprime l’amour, sans besoin d