• Xénium

Ce que la vaccination obligatoire et le déploiement de la 5G ont en commun


Notre pays et le monde sont confrontés à des défis sans précédent en matière de liberté sanitaire; l’une sous forme de vaccination obligatoire et l’autre sous forme d’exposition universelle aux radiations sans fil, impliquant des fréquences électromagnétiques de plus en plus complexes et toxiques en synergie.


Les deux programmes sont mis en œuvre grâce au partenariat de plus en plus illusoire de multinationales et de soit-disant régulateurs gouvernementaux, à la fois sans le consentement plein, entier et éclairé des populations touchées, et sous le prétexte qu’ils seraient nécessaires au bien de tous.


Les deux sont également accompagnés de promesses que nous ne pouvons ignorer à juste titre. Premièrement, la vaccination universelle promet un monde sans maladies infectieuses et des réductions théoriques de la morbidité et de la mortalité qui pourraient «sauver des millions de vies». Cela nécessiterait une vaccination contre un nombre presque illimité de «germes», avec un pipeline pharmaceutique de centaines de vaccins prêt à inonder le marché sans responsabilité, mais qui ignore en grande partie la découverte du rôle du microbiome dans l’holobionte humain qui est composé principalement desdits germes – mais c’est un autre sujet que vous pouvez explorer ici plus en profondeur ici.


La 5G, d’autre part, promet une révolution technologique où l’expansion exponentielle des vitesses de transmission sans fil permettrait de connecter des milliards d’appareils à un Internet des Objets, qui s’étendrait au monde entier. Ceci est présenté comme une énorme victoire pour le consommateur (par exemple, un streaming plus rapide), mais ignore les autres utilisations de ce réseau, notamment la surveillance et même l’utilisation militaire. Le fait qu’il n’y ait aucune étude de sécurité indépendante montrant que l’utilisation prévue par le réseau 5G des fréquences des ondes millimétriques est ignorée, tout comme le fait que le calendrier vaccinal du CDC ne contient pas un seul vaccin dont la sécurité et l’efficacité ont été testées en double aveugle, essai randomisé utilisant un véritable placebo salin; bien moins, l’ensemble du calendrier vaccinal, qui contient littéralement des milliers d’antigènes, dans un cocktail toxicologique complexe, il serait techniquement presque impossible d’évaluer avec précision son innocuité à la fois pour les effets indésirables aigus et surtout chroniques, telles les maladies auto-immunes, qui dans le cas des effets indésirables du vaccin sont beaucoup plus courantes que la plupart des suspects.


Ce défaut de contrôle d’innocuité, pour les vaccins et la 5G, est le principal drapeau rouge qu’ils partagent en commun. Le principe éthique médical du consentement éclairé, apparu seulement après que les horreurs de l’expérimentation humaine nazie aient été révélées lors des procès de Nuremberg, exige que ceux qui sont exposés à des risques pour la santé en soient pleinement informés, et pas seulement des prétendus avantages. Sans accès à des informations de ce type, sans lesquelles un consentement éclairé est impossible, les pratiques et produits de l’industrie médicale et / ou de la technologie violent les droits humains fondamentaux.

Un autre point commun est la façon dont les deux technologies nécessitent la pénétration physique du corps. C’est évident avec la vaccination, mais moins avec le rayonnement «invisible». Visible ou non, le réseau 5G nécessite la mise en place de petits dispositifs de transmission cellulaire tous les quelques centaines de mètres dans les quartiers, plongeant pour l’essentiel les communautés dans des niveaux sans précédents de rayonnement pénétrant, 24-7 – encore une fois, sans consentement.


S’il existe un principe unique et universel auquel n’importe qui peut s’identifier en tant qu’humain sur cette planète, c’est que personne n’a, ou ne devrait penser qu’il a, le droit de pénétrer votre corps sans consentement. Il s’agit d’un principe clairement établi et généralement