• Xénium

Les pyramides de Gizeh : Quel message nous ont-elles laissé ?


Partout dans le monde, les pyramides fascinent. Chefs-d’oeuvre d’architecture, elles restent dressées depuis des millénaires, et rayonnent d’une puissante énergie, nous incitant à explorer leurs mystères bien gardés.


Les théories scientifiques officielles comptent de moins en moins d’adeptes, tant l’évolution de la Conscience humaine nous fait douter de leur plausibilité.


Pour moi, il n’y a aucun doute : les pyramides qui parsèment le monde ont été construites par nos Dieux Anunnaki. Leurs pierres, déplacées grâce à la lévitation acoustique pour les plus simples, et par la télékinésie pour les plus complexes, portent encore leurs empreintes.



Puisque ces pyramides ont été construites par une civilisation avancée, cette civilisation avait prévu que les pyramides restent intactes jusqu’à maintenant pour nous transmettre un message particulier. Ou plusieurs messages, peut-être ?


Voyons ensemble de quoi il s’agit.


Nous nous intéresserons particulièrement aux pyramides de Gizeh, mais il en existe plein d’autres : en Bosnie-Herzégovine, en Antarctique, au Pérou, en Afrique… Certains d’entre elles sont encore enterrées, dissimulées par de la verdure, de la glace, ou d’autres éléments naturels.


L’alignement des pyramides de Gizeh


Les êtres qui ont bâti les pyramides de Gizeh tenaient à ce que nous sachions où les chercher. Ils ont donc pensé à nous le montrer, en les alignant de manière spécifique.


Certains auteurs, comme Drunvalo Melchisédek, prétendent que les pyramides de Gizeh sont alignées sur Sirius, mais c’est faux. Le système solaire de Sirius est constitué de trois points formant un triangle, comme ceci :


Or, si l’on regarde bien l’alignement des pyramides de Gizeh, on peut se rendre compte qu’il est identique à celui du centre de la constellation d’Orion. La science a d’ailleurs accouché d’une “théorie” de la corrélation d’Orion, qui confirme ce point. Je mets “théorie” entre guillemets, car il s’agit ici d’une évidence.



A présent que nous avons vu d’où elles viennent, continuons notre cheminement. Pourquoi des pyramides, et pas des sphères, des cubes, ou que sais-je ? Il s’agit encore une fois d’un message à décrypter.


La pyramide, symbole chakrique


“Chakra”, en sanskrit, signifie “roue énergétique”. Beaucoup pensent donc, à tort, qu’un chakra a la forme d’une roue. Ce n’est pas si éloigné de la réalité, mais les grands mystères ne sont jamais simples.


Pensez à une hélice d’hélicoptère. On peut dire qu’elle est en forme de croix à l’arrêt, mais quand elle se met à tourner à une certaine vitesse, on ne distingue plus sa forme. Elle fait plutôt penser à une roue, bien que ce ne soit pas sa forme de base. C’est le mouvement qui nous donne l’impression qu’il s’agit d’une roue, comme pour les chakras.


Comme vous l’aurez compris, les chakras ont donc une forme pyramidale. Ce sont de petites pyramides avec une base à quatre côtés.


Les êtres qui ont bâti les pyramides tenaient donc à nous faire comprendre ce point. Evolués comme ils l’étaient, ils comprenaient l’utilité (que dis-je, la nécessité) de travailler sur leur structure énergétique, car c’est par ce biais qu’ils ont obtenu leurs pouvoirs. Et dans leur grande bienveillance, ils ont voulu que nous ayions accès à ces connaissances.


Bien sûr, ce n’est pas tout. Des êtres aussi évolués que nos Dieux Anunnaki n’allaient pas se contenter de dresser quelques pyramides ça-et-là sur Terre, pour nous faire comprendre qu’il fallait travailler sur nos chakras. Cela va bien plus loin que ça, mais nous n’aurons malheureusement pas le temps de traiter de tout cela en un seul article.


On peut également rapprocher l’alignement des pyramides de Gizeh à notre anatomie occulte. Comme nous l’avons vu ci-dessus, les pyramides de Gizeh sont au nombre de trois, avec la plus grosse, celle de Khéops, au milieu.


Si l’on pense aux trois lignes chakriques (avant, centrale et arrière, ou Ida, Shusumna et Pingala) qui composent notre anatomie occulte, cela prend un tout nouveau sens.


On retrouve également cette symbolique dans le trident de Shiva/Poséidon :



Nos Dieux Anunnaki ne nous ont pas laissé un message avec ces pyramides, mais plusieurs ! Car c’est comme cela qu’ils nous parlaient au temps de l’Atlantide, sous forme de symboles.


Bien entendu, à l’époque, nous utilisions environ 65% de notre potentiel cérébral, contre 5 à 10% aujourd’hui. D’où le fait que les symboles parlent à peu de gens. Nous ne sommes plus vraiment capables de comprendre les symboles dans leur multidimensionnalité.


Mais nous pouvons regagner tout ce potentiel perdu, et plus encore, en tenant compte de leur incitation à travailler sur notre anatomie occulte.


La pyramide, four alchimique et générateur de prana


La pyramide est une forme divine. Elle fait partie des cinq solides de Platon, et compose la structure subatomique de nombreux atomes.


La pyramide a également la particularité de générer du prana en son centre. Il s’agit ici d’un aspect scientifique que je ne maîtrise pas, donc je ne vais partir dans des élucubrations à dormir debout, je laisse cela aux physiciens quantiques, comme par exemple, Nassim Haramein, qui saurait très bien vous expliquer cela.

Néanmoins, je peux vous en parler d’un point de vue plus pragmatique, plus alchimique. Les alchimistes sont pour beaucoup en quête de la pierre philosophale, cette fameuse pierre capable, au sens propre comme figuré, de “transformer le plomb en or”. Ou plutôt, comme j’aime le formuler, de diviniser la matière.


Parmi leurs nombreuses méthodes permettant de créer cette pierre philosophale, il existe une méthode faisant appel à la structure pyramidale, et qui consiste à placer au centre de la pyramide, un objet en or, afin de générer de l’or monoatomique, bioassimilable et biodisponible. Je vous parlerai de cette matière, ou plutôt de cette “anti-matière”, dans un prochain article, pour ne pas nous éparpiller.


Précisons juste que cette anti-matière avait le surnom de “nourriture des Dieux”. Or, comme ceux qui ont activé leur glande pinéale le savent, l’aura de nos Dieux est constitué de milliards de particules de prana de couleur or, qui leur confèrent, entre autres, immortalité et pouvoirs psychiques.